Glossary

glossaire

Trouvez une définition

 

A B C D E F G H I J L M N O P Q R S T V Z
  • Définition

    L'utilisation optimale des enseignants signifie l'utilisation des enseignants d'une manière qui répond à la fois aux besoins et aux contraintes du système d'éducation et aux capacités propres des enseignants et leurs aspirations [traduit par l'IIPE] (Göttelman-Duret, 2000)., Le taux d'utilisation en temps (T.U.T.) qui mesure la proportion d'heures d'enseignement réelles par rapport à la durée d'utilisation théorique : T.U.T. = (Nombre de périodes réelles d'utilisation / Nombre de périodes théoriques d'utilisation) x 100. Exemple : Si théoriquement chaque salle peut être utilisée 50 périodes par semaine et si une salle n'est effectivement occupée que 25 périodes par semaine, le taux d'utilisation est égal à : (25/50) x 100 = 50 %. Ceci veut dire qu'il serait en principe possible de doubler les effectifs sans avoir à construire de nouvelles salles d'enseignement. Ce taux, comme ceux qui vont être exposés ci-dessous peut être calculé salle par salle ou pour un type de salle donné (enseignement général ou enseignement spécialisé) ou pour l'ensemble des salles d'un établissement. Il est difficile d'atteindre un taux d'utilisation en temps supérieur à 80 %, compte tenu des difficultés d'organisation des emplois du temps des différents cours. Ceci n'est d'ailleurs pas souhaitable : avoir un taux égal à 80 % suppose déjà que soit abandonné le principe de chaque classe sa salle. Il est indispensable, toutefois, de disposer d'au moins une salle de libre en permanence pour que les élèves qui, de par leur emploi du temps ont une période de libre, puissent aller y travailler. Pour les salles spécialisées qui ne sont occupées que quelques heures par semaine, le taux d'utilisation en temps est souvent beaucoup plus faible. Une bonne utilisation des salles de classe spécialisées est liée à la taille de l'établissement donc à un nombre minimum d'élèves occupant ces salles (définition de l'IIPE)

    Exemple d'utilisation

    Ce terme n'a pas encore d'équivalent utilisé dans la littérature française.

  • Définition

    Le taux d'utilisation global (T.U.G.) qui combine le taux d'utilisation en temps et en espace. T.U.G. = T.U.T. X T.U.E. = [(Nombre de périodes réelles d'utilisation / Nombre de périodes théoriques d'utilisation) x (Nombre moyen d'élèves par classe / Capacité d'accueil des salles de classe)] x 100. C'est ce taux qu'il faut maximiser pour assurer la meilleure utilisation des locaux. Mais compte tenu des difficultés mentionnées [relatives au calcul du taux d’utilisation en espace], on se contente le plus souvent de calculer le taux d'utilisation en temps.

    Exemple d'utilisation

    Ce terme est encore très peu utilisé dans la littérature française.

  • Définition

    Nombre de redoublants dans une année d’études donnée pour une année scolaire donnée, exprimé en pourcentage de l’effectif de cette année d’études pour l’année scolaire précédente.

    UNESCO. 2014. Rapport mondial de suivi sur l'EPT, 2013-2014. Enseigner et apprendre: atteindre la qualité pour tous. Glossaire. Paris: UNESCO

    Exemple d'utilisation

    Le Sénégal s’est énergiquement engagé en faveur de l’éducation de base et a rapidement élargi l’accès à cette éducation. Entre 1990 et 2000, le taux net de scolarisation (TNS) est passé de 48,2 à 63,1%, tandis que l’indice de parité entre les sexes (IPS) progressait de 0,75 à 0,90. Le pays cherche maintenant à trouver un meilleur équilibre entre quantité et qualité. Cependant, les indicateurs de la qualité témoignent de son retard dans ce domaine, avec des taux de redoublement relativement élevés dans les classes supérieures, un classement médiocre dans l’étude du PASEC et de maigres progrès selon le système national d’évaluation des rendements scolaires (SNERS) (UNESCO, 2005 : 59).

    UNESCO. 2005. Rapport mondial de suivi sur l'EPT, 2005. Education pour tous: l'exigence de qualité. Paris : UNESCO

  • Définition

    Mesure indirecte de l’achèvement de l’enseignement primaire. Centré sur les enfants qui ont accès à l’école, il mesure la proportion de ceux qui achèvent leur scolarité avec succès. Le taux d’achèvement du primaire par cohorte est le produit du taux de survie en dernière année de l’enseignement primaire et du pourcentage d’élèves de dernière année qui obtiennent le diplôme correspondant.

    Exemple d'utilisation

    Pour déterminer si l’EPU a été réalisée, il ne faut pas uniquement tenir compte de la participation mais mesurer aussi le taux d’achèvement de l’enseignement primaire. Or, sur les 90 pays disposant de données, il n’y en a guère que 13 dans lesquels 97 % des enfants au moins atteindront la dernière année du primaire d’ici à 2015, et encore faut-il souligner que dix d’entre eux sont membres de l’OCDE ou de l’UE (UNESCO, 2014 : 3).

  • Définition

    Le nombre de personnes alphabètes appartenant à une tranche d’âge donnée, exprimé en pourcentage de la population totale de cette tranche d’âge. Le taux d’alphabétisme des adultes mesure l’alphabétisme des personnes âgées de 15 ans et plus et le taux d’alphabétisme des jeunes adultes mesure l’alphabétisme des personnes âgées de 15 à 24 ans.

    UIS-UNESCO. 2012. Recueil de données mondiales sur l'éducation 2012, opportunités perdues: impact du redoublement et du départ prématuré de l'école. Montréal : UIS-UNESCO
     

    Exemple d'utilisation

    Même l’achèvement universel d’ici à 2030 du deuxième cycle de l’enseignement secondaire en sachant lire et écrire ne permettra pas d’atteindre l’objectif d’alphabétisation universelle des adultes. Il restera encore tous les jeunes analphabètes d’aujourd’hui ‒ dont le nombre a été estimé pour la première fois à presque 100 millions en 2018 ‒ ainsi que la plupart des 773 millions d’adultes analphabètes d’aujourd’hui. Le Rapport mondial de suivi sur l’éducation estime qu’en 2050, 11,5 % des adultes d’Afrique subsaharienne n’auront pas achevé les études primaires (UNESCO, 2020:306).

    UNESCO. 2020. Rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2020: Inclusion et éducation : tous, sans exception. Paris: UNESCO
     

  • Définition

    Nombre d’élèves de la tranche d’âge correspondant officiellement à un niveau d’enseignement donné qui fréquentent l’école à ce niveau, exprimé en pourcentage de la population de cette tranche d’âge.

    Exemple d'utilisation

    De récentes statistiques internationales des taux de fréquentation scolaire tirées de plus de100 enquêtes sur les ménages, menées dans 46 pays, apportent un nouvel éclairage sur les disparités entre zones rurales et zones urbaines (Education Policy and Data Center, 2007c; López et al., 2007). Dans 32 des 40 pays pour lesquels des données d’enquêtes pertinentes sont disponibles, il a été constaté que les TNF étaient plus élevés dansles zones urbaines que dans les zones rurales, le rapport rural/urbain étant inférieur à 0,97. Dans 7 autres pays, les taux de fréquentation rural et urbain étaient pratiquement égaux (rapport comprisentre 0,98 et 1,02) et, au Bangladesh, le taux rural était supérieur au taux urbain (UNESCO, 2008:49).

     

  • Définition

    Méthode utilisée dans une salle de classe ou dans tout autre cadre éducatif pour créer des conditions propices à l'apprentissage; comprend discipline, gestion, disposition des élèves dans la classe.

    Thésaurus de l' UNESCO

    Exemple d'utilisation

    Les gouvernements devraient s’employer activement à renforcer l’enseignement dans les petites classes. Les systèmes de formation des enseignants doivent être redynamisés pour assurer le succès de telles interventions. Les programmes de formation initiale semblent ne pas prêter une attention suffisante à l’enseignement de la lecture. Les cours doivent mettre davantage l’accent sur les techniques efficaces de gestion de la classe. Les programmes de formation en cours d’emploi utilisant des méthodes interactives pour mobiliser les enseignants permettent de s’assurer que les connaissances acquises seront utilisées pour améliorer la pratique pédagogique. Les retombées seront sans doute les plus visibles là où la formation est combinée à d’autres formes d’intervention, comme l’utilisation de matériels didactiques de meilleure qualité (UNESCO, 2012 : 155).

    UNESCO. 2012. Jeunes et Compétences: L’éducation Au Travail; Rapport Mondial de Suivi Sur l’EPT, 2012. Paris : UNESCO.

  • Définition

    Les technologies de l’information et de la communication désignent l’ensemble d’outils et de ressources technologiques permettant de transmettre, enregistrer, créer, partager ou échanger des informations, notamment les ordinateurs, l’Internet (sites Web, blogs et messagerie électronique), les technologies et appareils de diffusion en direct (radio, télévision et diffusion sur l’Internet) et en différé (podcast, lecteurs audio et vidéo et supports d’enregistrement) et la téléphonie (fixe ou mobile, satellite, visioconférence, etc.).

    UIS. 2009. Guide de mesure pour l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation. Montréal: UIS. 

    Exemple d'utilisation

    Nous réaffirmons que les politiques les plus efficaces pour intégrer les TIC dans l’éducation passent par une planification compréhensive au niveau des écoles, la formation des enseignants et le développement professionnel. Nous soulignons que le défi consiste d’une part, à développer des normes de compétences en TIC pour les enseignants et à préparer les enseignants à intégrer les TIC dans leur pédagogie, et d’autre part, à offrir un soutien continu en temps réel et à leur fournir les incitations et la motivation professionnelle pour exploiter les TIC afin d’améliorer la qualité de l’apprentissage. Pour motiver les chefs d’établissement, les enseignants et les éducateurs, il est recommandé aux gouvernements d’intégrer l’évaluation de l’utilisation des TIC par les institutions et les enseignants dans les systèmes pour évaluer la qualité de l’apprentissage (2017 Communiqué de Qingdao: 4)

    UNESCO. 2017. Communiqué de Qingdao: stratégies de mobilisation des TIC pour la réalisation de l'Education 2030. Paris : UNESCO

  • Définition

    Partie essentielle du programme d'une institution éducative enseignée à l'ensemble de ses étudiants, quelles que soient les matières optionnelles choisies par ailleurs par chacun.

    Thésaurus de la UNESCO

    Exemple d'utilisation

    Selon le Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2005, un moyen de contribuer à un ensemble d’objectifs pertinent et équilibré est d’analyser les programmes en termes d’inclusion. Une approche inclusive de la politique relative aux programmes d’enseignement reconnaît que, si chaque apprenant a des besoins multiples – et cela encore plus dans les situations de vulnérabilité et de désavantage –, chacun doit bénéfi  cier d’une éducation de qualité, selon une norme de base communément acceptée. Il en ressort clairement la nécessité d’un tronc commun du programme d’études qui soit pertinent pour l’apprenant et qui puisse être enseigné selon des méthodes souples (UNESCO, 2009 : 19).

    UNESCO. 2009. Principes directeurs pour l'inclusion dans l'éducation. Paris : UNESCO

     

  • Définition

    Difficultés dans l'acquisition de connaissances et de compétences normalement acquis par les pairs même âge, notamment en raison d'une déficience mentale ou d'un trouble cognitif [traduit par l'IIPE].

    Exemple d'utilisation

    Les évaluations en classe sont des outils importants pour repérer les élèves en difficulté et leur venir en aide. Les enseignants doivent suivre une formation pour être en mesure de détecter les difficultés d’apprentissage à un stade précoce et de recourir aux stratégies appropriées afin de surmonter ces difficultés (UNESCO, 2014 : 39)

  • Définition

    Type d'enseignement intervenant entre élèves d'une même classe ou d'un même niveau dans le but d'aider ceux qui ont besoin d'une assistance supplémentaire.

    Exemple d'utilisation

    Bien entendu, les préoccupations relatives à la qualité de l’enseignement ne sont pas nouvelles, et différentes réformes ont été proposées, au cours des années, pour leur répondre, qui s’étendent des changements dans l’organisation des écoles et des programmes d’études jusqu’à l’amélioration des structures de gestion des écoles, la formation pédagogique, le tutorat entre pairs et une plus grande implication des parents. Les réformes se poursuivent aujourd’hui dans ces secteurs ; cependant, celle qui a dominé la scène de l’éducation dans les années 1980 et 1990, et jusque dans les premières années 2000, propose le recours à l’évaluation pour améliorer la qualité de l’enseignement (Kellaghan et Greaney, 2002 : 17).