glossaire

Trouvez une définition

 

A B C D E F G H I J L M N O P Q R S T V Z
  • Définition

    Départ prématuré de l'école avant d'avoir complété un cycle ou un cours commencés.

    Exemple d'utilisation

    Le risque d’abandon est généralement plus élevé au cours des premiers mois et parmi les participants dont la présence est irrégulière (Oxenham, 2010 : 56).

  • Définition

    L'accès à l'éducation signifie qu'un enfant peut physiquement se rendre à l'école. Les indicateurs de l'accès (taux de scolarisation etc.) mesurent la part des enfants d’un âge scolaire donné qui a accès à un certain niveau ou cycle d’enseignement.

    Exemple d'utilisation

    C’est pourquoi certains pays, notamment la Finlande, l’Irlande et la Suède, ont axé leurs efforts sur la diversification des voies d’accès à l’enseignement supérieur. Les mesures politiques dans ce domaine visent essentiellement à faciliter l’accès aux étudiants adultes et aux personnes possédant un diplôme professionnel ou d’autres qualifications non traditionnelles, ainsi qu’à élaborer des options de formation à temps partiel et flexible (Crosier et Parveva, 2014 : 61).

  • Définition

    Valeur immobilisée qui n'a pas d'existence physique, par exemple les brevets d'invention, les droits d'auteur, les marques de commerce, les droits miniers, les procédés secrets de fabrication, les frais de premier établissement, les frais de développement capitalisés et l'écart d'acquisition.

    Exemple d'utilisation

    Chaque année, les universités slovaques reçoivent de l'État une subvention pour mener leurs activités. Les sommes pouvant être affectée aux dépenses d'investissement et aux dépenses de fonctionnement sont fixées explicitement. Les dépenses d'investissement servent à financer les biens matériels et les actifs incorporels à long terme, et à assurer leur valorisation technique (Hallak et Poisson, 2009 : 105).

  • Définition

    Activité organisée par l'école, à laquelle la participation n'est généralement pas obligatoire.

    Exemple d'utilisation

    Dans les pays du Nord, les activités éducatives extrascolaires sont normalement organisées au plan local par les autorités locales, communes ou municipalités. Ce n'est pas leur présence qui surprend mais leur absence, qu'il s'agisse de bibliothèques - où souvent les élèves trouvent une salle et les informations pour faire leurs devoirs -, de conservatoires, de clubs sportifs, etc (Brunswic et Valérien, 2004 : 68).

  • Définition

    Confier certains tâches au personnel [traduit par IIPE].

    Exemple d'utilisation

    Ce terme n'a pas d'équivalent utilisé de manière systématiquement dans la littérature française. « Assignment of staff » est remplacé par des expressions comme « affectation des tâches » ou « tâches assignées ». , L'alphabétisation des adultes incombe à la Division pour le handicap et les personnes âgées au sein du ministère chargé de l'Egalité des sexes, du Travail et du Développement social. Il s'agit de l'une des nombreuses fonctions assignées à ce ministère, malgré les effectifs limités et le budget insuffisant dont il dispose pour faire face à toutes ces responsabilités (Lind, 2009 : 140).

  • Définition

    Âge auquel les enfants sont censés commencer à aller à l’école (...). Cependant, l’âge légal diffère selon les pays, de même que la façon dont les autorités réagissent à ces exigences.

    Exemple d'utilisation

    Certains enfants entrent à l’école avant l’âge officiel d’admission, d’autres avec une ou plusieurs années de retard pour des raisons économiques, parce que les écoles sont trop éloignées de leur domicile ou qu’ils continuent de fréquenter des écoles préprimaires. Il faut réduire le nombre d’enfants qui entrent à l’école précocement ou avec retard, les seconds risquant davantage de redoubler et d’abandonner l’école (UNESCO, 2008 : 45)., Si, par exemple, l'enseignement primaire comporte cinq années d'enseignement et que l'âge officiel d'admission est six ans, le taux brut de scolarisation de l'enseignement primaire est égal à : effectifs totaux de l'enseignement primaire [divisé par] la population de 6 à 10 ans (Châu, 2003 : 34).

  • Définition

    L'âge le plus petit auquel une personne peut quitter l'école [traduit par l'IIPE].

    Exemple d'utilisation

    Dans les pays où la durée de la scolarité obligatoire est d’environ neuf ans ou moins, l’âge en fin de scolarité (obligatoire) est de 16 ans, voire moins (Desjardins, Rubenson et Milana, 2006 : 47)

  • Définition

    Reconnaissance et ratification de la norme académique d'une institution éducative par un organisme externe impartial, publiquement reconnu.

    Exemple d'utilisation

    Les établissements publics et privés de DCTP devraient être assujettis à un agrément renouvelable tous les ans, selon qu’ils ont ou non atteint les normes de qualité définies ainsi qu’à des audits réguliers de qualité (généralement une fois par an) (King et Palmer, 2011 : 91).

  • Définition

    Aide qui est contrôlée et versée par les pays donateurs à leur discrétion. Il peut s'agir de personnel, fournitures, équipements, financement aux gouvernements de réception et financement des ONG. Il comprend également l'assistance allouée à des organisations internationales de l'ONU [traduit par l'IIPE].

    Exemple d'utilisation

    Ces financements correspondent aux aides apportées par les agences d’aide multilatérales (PNUD, UNICEF, FED, PAM) ou bilatérales (Allemagne, États-Unis, France, Japon, Suisse, ...). Tous ces financements se font dans le cadre de projets dont la plus grande partie sont intégrés dans le Programme des investissements publics. Les subventions accordées sous forme d’appui budgétaire globalisé ne sont pas retracées et les dépenses correspondantes sont affectées à l’unité de financement État (Oulai et Péano, 2000 : 66).

  • Définition

    Aide bilatérale et multilatérale allouée à tous les secteurs, ainsi qu’aide non sectorielle, telle que soutien budgétaire général et allègement de la dette (UNESCO, 2014 : 393).

    Exemple d'utilisation

    L’aide publique au développement fournie par les donateurs bilatéraux s’est accrue de 9 % par an entre 1999 et 2005, mais des données préliminaires indiquent une régression en 2006 (UNESCO, 2008 : 5).

  • Définition

    La définition de l'aire de recrutement d'un établissement scolaire correspond à la zone géographique desservie par l’établissement.

    Exemple d'utilisation

    Si elle peut être « éclairée » par les résultats d’études, elle est principalement le refl et de la culture politique d’un pays et est teintée des idéologies dominantes à un moment déterminé. Par exemple, ce n’est pas une coïncidence si, au Royaume-Uni, à la fi n des années 1980, c’est un gouvernement libéral qui a décidé de lever la politique de sectorisation et introduit le principe de « libre choix » de l’école par les familles, créant ainsi un dispositif de « marché scolaire ». Dans le domaine de la recherche, ce sont probablement les économistes et les sociologues qui se sont approprié avec le plus de vigueur la question de l’affectation des élèves aux écoles. Leurs travaux (particulièrement ceux des économistes) visent le plus souvent à identifi er les effets des différents dispositifs institutionnels utilisés pour répartir les élèves entre les écoles (Dupriez, 2010: 21).

  • Définition

    La mise à disposition, l'affectation ou l'attribution de moyens financiers, de matériel, de personnel ou de services dans un but précis.

    Exemple d'utilisation

    Ceci explique les nombreuses réformes de privations mises en œuvre, parmi lesquelles le financement privé, par les élèves, la création d’établissements privés et l’allocation de resources en fonction des résultats (Belfield et Levin, 2003 : 36).

  • Définition

    Selon la définition qu’en a donnée l’UNESCO en 1958, il s’agit de la capacité qu’a un individu de lire et d’écrire, en le comprenant, un énoncé simple et bref en rapport avec sa vie quotidienne. Depuis lors, le concept d’alphabétisme a évolué et couvre maintenant plusieurs domaines de compétences, conçus chacun selon une échelle définissant différents degrés de maîtrise et répondant à différentes finalités.

    Exemple d'utilisation

    Un deuxième secteur est celui de la formation spécialisée des adultes. Dans maints pays, par exemple, le système d’éducation formelle intègre des cours ou des établissements d’enseignement spéciaux pour adultes qui ont une fonction d’appoint, c’est-à-dire qui offrent l’équivalent d’un enseignement secondaire ou d’une certaine forme de perfectionnement à caractère général, comme les cours de langue et d’alphabétisation de base (Desjardins, Rubenson et Milana, 2006 : 23).

  • Définition

    Une personne est alphabète du point de vue fonctionnel si elle peut se livrer à toutes les activités qui requièrent l’alphabétisme aux fins d’un fonctionnement efficace de son groupe ou de sa communauté et aussi pour lui permettre de continuer d’utiliser la lecture, l’écriture et le calcul pour son propre développement et celui de la communauté (définition adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en 1978 et toujours en usage).

    Exemple d'utilisation

    Bien que le Programme d’alphabétisation orienté vers le travail n’ait pas obtenu le succès escompté (il s’agissait, somme toute, d’un projet expérimental et novateur), il a contribué à montrer qu’il était important de faire le lien entre l’alphabétisation et des utilisations directement pertinentes pour l’apprenant adulte. D’ailleurs, l’expression « alphabétisme fonctionnel » est toujours couramment employée. Le planificateur de l’éducation – qu’il soit fonctionnaire ou membre d’un organisme bénévole – doit déterminer quelles utilisations ou fonctions seront pertinentes pour tel ou tel groupe d’apprenants adultes (Oxenham, 2010 : 74). , Dans la plupart des cas, les stratégies d’alphabétisation pour adultes dirigées par un gouvernement prévoient des programmes organisés en plusieurs temps : cours d’alphabétisation initiale suivis de programmes d’alphabétisation fonctionnelle orientés vers le développement, d’éducation continue des adultes ou de pérennisation de l’alphabétisme. Ces programmes impliquent des liens, une collaboration ou des partenariats avec d’autres secteurs de développement, des projets communautaires, des centres culturels, des bibliothèques, des programmes de formation professionnelle et des cours du soir pour adultes (Lind, 2008 : 41).

  • Définition

    L'utilisation d'éléments de deux langues distinctes pendant la communication [traduit par l’IIPE].

    Exemple d'utilisation

    Le pluricodisme (le fait de combiner plusieurs « codes »), et le code-switching (alternance de code linguistique) sont généralement observés et caractérisés dans les pratiques orales (Lebarbé, 2009 : 234).

  • Définition

    L'expression « analyse coût-bénéfice » signifie comparaison systématique de la grandeur des coûts et des bénéfices d'une certaine forme d'investissement, en vue d'en évaluer la rentabilité économique (Woodhall, 2004 : 26).

    Exemple d'utilisation

    L'analyse coût-bénéfice (ou l'analyse du taux de rendement, qui est le type d'analyse coût-bénéfice le plus fréquemment appliqué à l'éducation) fournit un moyen d'apprécier ces bénéfices futurs par rapport aux coûts qui doivent être supportés dans le présent. L'analyse a pour objet de dégager une mesure de la production escomptée de l'investissement qui puisse servir de guide à une affectation rationnelle des ressources. Ainsi, tout homme d'affaires qui, dans une entreprise, se propose d'acheter des machines doit calculer le rapport coût-bénéfice pour évaluer la rentabilité probable de l'investissement. Au cours des dernières années, les économistes ont accordé de plus en plus d'attention à l'application de l'analyse coût-bénéfice aux investissements publics ; des techniques avancées ont été élaborées pour mesurer, par exemple, les coûts et les profits de projets relatifs à l'exploitation des ressources hydriques (pompage et adduction). Des projets de ce genre sont évidemment de même nature que des investissements privés en capital matériel et il n'y a pas lieu de s'étonner si les techniques qui sont utiles à l'homme d'affaires se révèlent l'être aussi aux administrations publiques quand elles ont à prendre des décisions en matière d'investissements (Woodhall, 2004 : 26).

  • Définition

    L'analyse coût-efficacité est une méthode de combinaison d’indicateurs pertinents de résultats attendus avec leurs coûts afin de classer des politiques en fonction de leur efficacité relative à leur utilisation de ressources. Il est différent de l'analyse coût-bénéfice qui nécessite une mesure monétaire de l’impact relatif aux coûts [traduit par l'IIPE].

    Exemple d'utilisation

    L'analyse coût-efficacité se déroule en trois temps : (a) tout d'abord évaluer les coûts des différentes options, par exemple les dépenses liées aux traitements des enseignants, aux manuels scolaires et aux matériels pédagogiques dans chaque type d'école ; (b) puis évaluer les résultats produits par chacune des options ou leur efficacité respective du point de vue de l'éducation, par exemple les notes obtenues par les élèves de chaque école aux tests de connaissances communs ; et enfin (c) combiner ces évaluations des coûts et de l'efficacité pour calculer le rapport coût-efficacité, en divisant par exemple l'efficacité relative de chaque option par son coût afin d'obtenir le coût unitaire lié à la réalisation d'un objectif donné, comme une amélioration de 1 % de la réussite scolaire. Une étude sur l'analyse coût-efficacité décrit ce rapport comme le « gain de performances par dollar dépensé » (Harbison et Hanushek, 1992, p. 140). On peut alors définir l'option la plus efficace par rapport au coût, c'est-à-dire par exemple l'école qui, à coût égal, produit la plus forte progression du niveau scolaire ou celle qui, pour un coût moindre, permet à ses élèves d'atteindre le niveau requis à l'examen (Woodhall, 2004 : 29).

  • Définition

    Trace le flux d'une cohorte donnée à travers leur promotion, redoublement, abandon et achèvement du dernier grade du cycle.

    Exemple d'utilisation

    Les données sur les taux de réussite proviennent d’une enquête spéciale réalisée en 2012. Le taux de réussite est calculé sur la base de l’analyse d’une cohorte dans la moitié des pays repris dans le tableau A4.1 (méthode dite de la « cohorte effective »), en l’occurrence sur des données de panel qui retracent le parcours des étudiants entre le moment où ils débutent leurs études et le moment où ils obtiennent leur diplôme (OCDE, 2013 : 74).

  • Définition

    Technique statistique servant à estimer la valeur d'une variable dépendante en se fondant sur la valeur d'une ou de plusieurs variables indépendantes.

    Exemple d'utilisation

    Au cours des 20 dernières années, on a maintes fois tenté de mesurer de façon empirique l’incidence de l’aide sur le développement économique. Les méthodes employées vont de l’étude de cas portant sur un projet unique à l’analyse de régression de l’impact des flux d’aide totaux appliquée à plusieurs pays. Bien que diverses et variées, ces études se révèlent peu concluantes (UNESCO, 2008 : 182).

  • Définition

    Analyse le flux des élèves à travers un système éducatif à partir des taux de promotion, de redoublement et d’abandon. L’analyse des flux d’élèves est maintenant une technique familière et largement répandue parmi les planificateurs de l’éducation et a des applications très importantes dans la mesure de l’efficacité et la projection des effectifs futurs.

    Exemple d'utilisation

    Le ministère de l'éducation se charge généralement de la collecte et du traitement des données qui lui sont propres (effectifs et flux d'élèves), et éventuellement de projections les concernant (Bertrand, 2005 : 70).