Mieux utiliser les données d’évaluation

Corps

Le e-forum “Mieux utiliser les données d’évaluation” a réuni 329 inscrits de 50 pays différents, dont 43% provenant de la région de l’Afrique de l’Ouest. La moitié d’entre eux travaillent au sein de ministères de l’éducation, tous niveaux confondus. Avec un taux de participation de 14%, cet e-forum s’est déroulé dans un climat détendu et les intervenants ont fait montre d’une volonté de partage de leurs expériences, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, et d’un esprit critique et constructif.

Afin d’alimenter les débats, des experts (enseignant, directeur, directeurs de la planification, journaliste, parent d’élèves) sont intervenus sous forme de vidéo en introduction de chacun des niveaux de discussion. Des ressources sur les questions abordées et des papiers d’angle étaient également mis à la disposition des participants en ligne.
Des trois niveaux de discussions proposés (Ecole et Enseignement, Politique Nationale, Communauté et Plaidoyer) les grands messages ressortis sont les suivants:


1. Quatre types d'évaluations sont utilisées au sein des classes : prédictives, formatives, sommatives, standardisées.

  • Elles servent à adapter l'enseignement et mettre en place des mesures de remédiation.
  • Aux niveaux supérieurs elles sont utiles pour harmoniser, échanger et orienter.
  • Limites à l'évaluation en classe: manque de moyens qui restreint le nombre d'évaluations, manque d'harmonisation dans les épreuves et corrections, manque de facteurs scolaires et extrascolaires pour expliquer les résultats, rareté de l'utilisation des résultats de évaluations standardisées dans les écoles.
  • Utilité des évaluations standardisées en classe: 1. Dans le cadre de projet d'établissement, de bassin d'écoles, districts, localités. 2. Evaluation de la « valeur ajoutée » des établissements scolaires (orientation). 3. Explication des causes des faibles performances.

2. Les évaluations nationales identifient et décrivent les différents groupes d’élèves, leurs caractéristiques et les causes des différences.

  • Les évaluations mesurent le niveau des élèves selon le programme suivi en classe (examens nationaux) ou cherchent à détecter les facteurs qui influencent la qualité des apprentissages (évaluations standardisées).
  • Les évaluations standardisées permettent d’avoir une idée du niveau scolaire d’un groupe d’élèves représentatifs de la population scolaire, de déterminer leur répartition sur une échelle de compétences, de mieux comprendre certains facteurs de contexte qui affectent leur réussite.
  • Traquer les facteurs de réussite ou d'échec permet aux autorités du niveau déconcentré de mettre en place un dispositif de pilotage pédagogique. Pour les écoles, il s'agit d'identifier les élèves en difficulté et les items non réussis pour programmer des cours de renforcement ou de soutien.
  • Trois principaux moteurs de la qualité de l'information dans un système d’évaluation : un contexte politique favorable, l'alignement avec le système éducatif, et la qualité de l'évaluation.
  • Dialogue national et réciprocité: les gouvernements ont le devoir de présenter et débattre des résultats d’évaluation à l’échelle nationale avec l’ensemble de la société. Les citoyens ont le droit et le devoir de demander des comptes sur les résultats d'évaluation et mesures envisagées.

3. Une communication formelle et informelle existe au sein des écoles (bulletins, écoute, échanges, rencontres avec les parents). Les résultats de grandes analyses du système éducatif se communiquent aux groupes organisés et institutions.

  • Les résultats des évaluations des acquis scolaires constituent le reflet de la société: il importe que la communauté, et notamment la société civile, soit informée de la bonne façon, en fonction du public cible, et intégrée dans la recherche de solutions en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement.
  • Il est nécessaire de procéder à la large diffusion et la discussion des résultats à travers des rencontres entre les autorités scolaires et ses partenaires (parents, communautés, professionnels, partenaires) avec des rencontres périodiques (trimestrielles, semestrielles, annuelles).
  • La communication des résultats d’évaluations standardisées avec les enseignants doit être prudente pour ne pas provoquer un comportement défensif et engendrer un rejet automatique des résultats.
  • L’amélioration de la diffusion des informations ayant trait aux évaluations des acquis scolaires passe également par la production de synthèses des résultats, sou forme de dépliants, infographies, applications web ou autres supports faciles à comprendre.
  • Les données utiles aux médias doivent tenir compte du public cible: elles doivent servir à faire le plaidoyer auprès des partenaires de l’école pour penser les actions à entreprendre.