Acteurs et initiatives clés

Mis à jour le 24 aoû 18
FICHE 2

« Les ODD constituent notre projet commun pour l’avenir de la population mondiale et de la planète. Nous n’en avons pas d’autre, et nous n’avons pas de planète de rechange » M. David Nabarro, Conseiller spécial pour le Programme 2030.

Deux ans après que les États membres des Nations unies soient arrivés à un accord sur les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), démarre l'ambitieux Agenda 2030 pour le développement durable contenant 17 objectifs mondiaux. L'éducation en tant que composante clé de cet agenda était inscrite dans l'ODD 4, visant à « assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et à promouvoir des opportunités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous ». Le consensus international sur l'importance de donner non seulement accès aux opportunités d'apprentissage mais également à une éducation de qualité se traduit par une série de cibles ODD, ainsi que dans le Cadre d'action de l’Éducation 2030.

La contribution de l'éducation à la réalisation des 16 autres ODD ne fait aucun doute. Comme le dit le Professeur Jeffrey Sachs, président du Conseil consultatif du Rapport mondial de suivi de l'éducation : « L'éducation est l'Objectif de développement durable le plus important– sans éducation nous ne pourrons réaliser aucun objectif : les sociétés pacifiques, l’emploi, l’élimination de la pauvreté, la résolution des problèmes de santé. ». Cependant, tenir les engagements d’éducation pris deux ans auparavant exige non seulement la mobilisation de l'ensemble des pays et des partenaires impliqués, mais également la coordination des tâches de mise en œuvre, du financement et du suivi de l'ODD 4 et de ses cibles.

Mesurer les progrès semble essentiel dans la nouvelle architecture de l'éducation mondiale, et plusieurs initiatives ont émergé pour rationaliser les mécanismes de suivi aux niveaux national, régional et international. L'objectif est de promouvoir la responsabilisation de tous les acteurs impliqués, et de faciliter l'échange de bonnes pratiques à tous les niveaux – incluant les pays, les partenaires, les donateurs et les citoyens. De ce fait, le Comité directeur ODD–Éducation 2030 joue un rôle central en tant que mécanisme de coordination des multiples parties prenantes qui cherche à intégrer les efforts des États membres et des partenaires pour la réalisation de l'ODD 4 et de ses cibles.

Depuis le début des discussions autour de l’ODD 4, un certain nombre d’acteurs ont rallié des initiatives globales encourageant l'apprentissage. Le Groupe de réflexion sur la métrique de l'apprentissage (LMTF) organisé par l'Institut des statistiques de l'UNESCO et le Centre d'enseignement universel de la Brookings Institution, a été un pionnier de la construction d'un consensus sur l'importance de l’apprentissage en plus de l'accès à l'éducation. Dans le cadre de son rôle, le LMTF a aidé à élaborer une série de recommandations pour s'attaquer aux défis de mesurer les acquis de l'apprentissage. Après sa fin officielle en 2016, le LMTF a été suivi par de nouvelles initiatives comme l'Alliance mondiale pour le suivi de l'apprentissage (AMSA) et le Groupe de coopération technique sur les indicateurs de l'ODD4 – Éducation 2030 (GCT). Les deux initiatives menées par l'Institut des statistiques de l'Unesco (ISU) suivent le mandat du Cadre d'action Éducation 2030 pour rationaliser des mécanismes d'évaluation solides afin d’améliorer l'apprentissage. Alors que l’AMSA met l'accent sur le développement de normes et d'outils internationaux pour mesurer les acquis de l'apprentissage, le GCT réunit différentes parties prenantes – comme les États membres, les agences multilatérales et les groupes de la société civile – pour conduire le développement et la mise en œuvre d’indicateurs utilisés pour le suivi des cibles de l'Éducation 2030. Ces initiatives soutiennent la dynamique autour de l'apprentissage qui a vu le jour suivant l'adoption des ODD il y a deux ans, en réunissant de multiples partenaires et en coordonnant le développement des mécanismes d'évaluation aux niveaux national, régional et mondial. A ce stade, en 2017, il existe une liste de 32 indicateurs pour que les pays suivent l’ODD4, incluant des indicateurs mondiaux et 18 indicateurs thématiques.

Une troisième initiative soutenant le développement de systèmes d'évaluation de l'apprentissage au niveau national est l'Évaluation pour l'apprentissage (A4L), une plate-forme qui a commencé avec le LMTF et a été lancée en 2010 par le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE). L'objectif de cette plateforme est de fournir une assistance financière et technique aux réseaux d’évaluation nationaux et régionaux en Afrique et en Asie-Pacifique, en se concentrant sur l'amélioration des acquis de l'apprentissage grâce au renforcement des capacités. En outre, le Rapport mondial de suivi sur l'éducation (Rapport GEM) gardera son rôle de suivi et de rapport sur l'éducation, et plus particulièrement sur les progrès réalisés au niveau de l’ODD4. Le Rapport 2017/8 est axé sur la responsabilisation dans l'éducation, et se penche sur ce qui fonctionne en termes de politiques et de pratiques pour fournir une éducation plus efficace, effective et équitable, en gardant également à l'esprit la réalisation de l'ODD 4 et de ses cibles.

D'autres acteurs clés encourageant ce glissement vers l’accès plus l'apprentissage, ont mis en lumière l'importance de coordonner les efforts pour une action plus efficace pour promouvoir l'apprentissage. Se faisant l'écho de cette tendance, la Banque mondiale a axé son dernier Rapport mondial sur le développement sur l'éducation et a rallié de nombreuses initiatives en tant que partenaire clé, dont l’AMSA, GCT, UN Global Education First Initiative, et le Rapport GEM, ainsi que des organisations comme le GPE, le Groupe inter-Agence sur les Indicateurs d’inégalité de l’éducation (IAG-EII), et la Commission internationale sur le financement des opportunités éducatives dans le monde, entre autres.

En dépit de l’élan qui s’est construit autour des objectifs de l'éducation, il reste quelques défis sur le plan de la mise en œuvre, du financement et de la mesure des progrès réalisés par rapport aux cibles. D’après la Campagne mondiale pour l’Éducation, « La diminution de l’aide à l’éducation, combinée à des ressources nationales insuffisantes dans les pays en développement, laisse des millions d’enfants déscolarisés et 758 millions d’adultes incapables de lire ou d’écrire ». De plus, les gouvernements et les bailleurs doivent supporter les frais de la mise en œuvre d’évaluations à grande échelle qui pourraient amener les pays à choisir des méthodes ou des instruments de mesure efficaces mais de qualité médiocre. Ainsi, les initiatives multi parties prenantes qui ont vu le jour ces deux dernières années ont des implications réelles sur les avancées de l’ODD 4 et de ses cibles, à travers l’assistance technique et financière qu’elles visent à fournir aux pays pour améliorer leurs systèmes actuels d’évaluation de l’apprentissage.

Glossaire

Bibliothèque