Élaborer un cadre de suivi

Mis à jour le 24 juin 19
FICHE 4

Pourquoi élaborer un cadre de suivi?

L’objectif premier de tout système éducatif est d’apporter aux élèves les connaissances, compétences et valeurs nécessaires à leur participation efficace à la société. La plupart des pays tiennent des statistiques portant sur le décompte des établissements scolaires, des élèves, des ressources mises en œuvre et des résultats obtenus, sous la forme de scores obtenus aux examens. Pourtant, de nombreux pays ne disposent pas d’informations systématiques sur les acquis scolaires. Un cadre qui suit les acquis scolaires peut constituer la base d’un plan complet de suivi et d’évaluation (S&E) visant à évaluer les performances d’un système éducatif sur la durée. Ce cadre peut être utilisé pour suivre les apprentissages à l’échelle nationale et internationale. L’échelle internationale permet de faire des comparaisons entre pays et peut servir à suivre les progrès réalisés en vue d’atteindre l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4). L’un des principaux buts du S&E dans le domaine de l’éducation est de veiller à ce qu’une éducation équitable et de qualité soit dispensée à l’ensemble de la population et à tous les niveaux.

Un cadre de suivi doit être conçu pour suivre la qualité à différents niveaux (pays, région, écoles) et pour différents groupes (autorités, enseignants, élèves). Les cadres de suivi s’appuient sur un certain nombre de composantes et outils différents pour recueillir et organiser les données nécessaires au suivi des performances d’un système (UNESCO, 2016). Il peut s’agir notamment d’outils mis en œuvre dans les établissements pour obtenir des données sur les élèves et les enseignants, de systèmes d’information pour la gestion de l’éducation (SIGE), de systèmes d’information pour la gestion des ressources humaines ou des enseignants, qui permettent de recruter et de déployer des enseignants, de systèmes d’inspection et d’évaluation, ainsi que de systèmes de gestion financière. Le cadre peut aussi prévoir des évaluations des élèves à l’échelle du système.

Sur quoi le suivi doit-il porter ?

Le suivi doit être réalisé à la fois au niveau individuel et à l’échelle du système. Les enseignants, les parents et les chefs d’établissement ont besoin d’informations relatives à leur propre établissement. Les fonctionnaires du ministère de l’Éducation doivent disposer de données ventilées selon plusieurs niveaux administratifs. Les ministères des Finances ont besoin d’informations sur les ressources mises en œuvre dans le système, leur utilisation et leur coût pour réaliser leurs estimations de rapport coût-efficacité.

Une typologie en trois parties peut être établie pour le suivi de la qualité de l’éducation sur le plan des moyens, des processus et des résultats :

  • Le suivi de la conformité, destiné à faire en sorte que les institutions éducatives respectent les normes, est axé sur les moyens éducatifs mis en œuvre, comme les enseignants, les manuels, les salles de classe et les équipements.
  • Le suivi du diagnostic, portant sur les processus d’instruction, vise à déterminer si les élèves apprennent. Il fournit des informations sur la qualité de l’information dispensée par les écoles.
  • Le suivi des performances porte sur le suivi de la réussite académique des élèves par le biais des évaluations. Il fournit des informations sur les résultats des investissements dans l’éducation. (Adapté de Richards, 1988)

Ces trois types de suivi, qui font appel à divers outils, peuvent coexister au sein d’un même système éducatif. Par exemple, les systèmes d’enregistrement des données comprennent des données sur les moyens, les processus et les résultats qui peuvent être utilisées pour contribuer à la gestion de l’établissement.

Quelles sont les composantes d’un cadre de suivi ?

Un plan de suivi efficace doit apporter des réponses à plusieurs questions.

  • Quels indicateurs doivent être utilisés pour déterminer ce qui a été fait, avec quelle efficacité et avec quels résultats ? L’indicateur doit être directement lié au résultat ou objectif attendu. Il doit être mesurable et bien défini. Les valeurs de référence et les valeurs cibles doivent être calculables.
  • Qui recueillera ces données et comment ? On indiquera ici l’institution ou le personnel responsable de la collecte, ainsi que les outils à utiliser, par exemple des listes de contrôle, des formulaires ou des enquêtes.
  • Comment la transmission de données depuis les lieux initiaux de collecte jusqu’aux équipes techniques, puis jusqu’aux personnes chargées de la gestion et de la prise de décisions politiques, sera-t-elle assurée ? Cela peut se faire par le biais de réseaux existants de partage de données comme les SIGE, ou grâce à des programmes informatiques spécialement adaptés.
  • Qui vérifiera la qualité des données, se chargera de leur analyse, rédigera les rapports et prendra des décisions en fonction des données ? Des connaissances et une expertise techniques approfondies seront nécessaires.
  • Comment les données seront-elles gérées pour garantir leur confidentialité, permettre à ceux qui en ont besoin d’y avoir accès et assurer leur stockage sécurisé sur la durée ? Le stockage des données sur un système informatique dédié avec accès surveillé permettra probablement de remplir tous ces critères.

Quels sont les outils disponibles pour le suivi ?

Les cadres de suivi s’appuient généralement sur un certain nombre de pratiques et outils divers de collecte des données.

Recensement scolaire

La plupart des pays du monde réalisent un recensement scolaire annuel qui constitue leur principale méthode de collecte d’informations sur leurs écoles. Le recensement scolaire se présente en général sous la forme d’un questionnaire, qui comprend des questions sur des facteurs tels que l’infrastructure scolaire, le mobilier et les équipements, le matériel d’enseignement et d’apprentissage, les dépenses et les recettes des écoles, et les caractéristiques des enseignants et des élèves. Les données des recensements scolaires peuvent également être un moyen de communiquer des résultats aux chefs d’établissement et aux enseignants.

Contrôles des établissements

La plupart des systèmes scolaires disposent d’une institution en charge de contrôler les questions financières, le matériel et les infrastructures, les ressources humaines, ainsi que d’autres aspects des rapports de recensement scolaire et mécanismes de responsabilisation des établissements.

Système d’information pour la gestion de l’éducation (SIGE)

Un SIGE est une base de données qui centralise les données des établissements collectées par le biais d’un recensement scolaire annuel, les données transactionnelles sur les opérations des acteurs de l’éducation, ainsi que d’autres sources (comme les données du recensement de la population). Il est utilisé par les ministères de l’Éducation, les ONG, les chercheurs, les donateurs et d’autres acteurs de l’éducation comme source fiable de données éducatives pour la planification, le suivi et la prise de décisions politiques. Un système séparé de gestion des ressources humaines ou des enseignants est également souvent utilisé en parallèle pour les décisions relatives au recrutement et au déploiement des chefs d’établissements et enseignants.

Enquêtes auprès des chefs d’établissement, enseignants et élèves

Les programmes d’évaluation internationale à grande échelle ont recours à des enquêtes auprès des élèves, enseignants et chefs d’établissement pour obtenir des informations générales et contextuelles. Ces informations peuvent porter sur leur opinion concernant les processus de qualité de l’éducation, notamment les pratiques pédagogiques, le climat de l’établissement et les pratiques liées à la direction et la gestion de ce dernier. Ces enquêtes sont l’un des moyens à la disposition des responsables du monde de l’éducation pour collecter des informations à l’échelle du système sur les processus, même lorsqu’une observation pédagogique directe à grande échelle n’est pas envisageable.

Inspections des écoles

Les inspections contribuent à la qualité des établissements scolaires et des systèmes d’éducation. Selon le pays, différents termes désignent ce processus (accréditation, inspection ou encadrement), mais il possède en général deux objectifs étroitement liés : responsabilité publique et développement des écoles.

Tableaux de bord des écoles

Les tableaux de bord des écoles regroupent les données disponibles sur les écoles (par exemple sur les inscriptions, l’assiduité des professeurs et des élèves, ainsi que sur les résultats scolaires des élèves sous une forme accessible au grand public. Il existe plusieurs modèles, comme des modèles institutionnalisés où des informations sont fournies pour chaque école et publiées régulièrement sur Internet ou encore des modèles ponctuels élaborés avec le soutien des organisations de la société civile. En publiant des données relatives aux écoles, les tableaux de bord des écoles favorisent la transparence et l’obligation de rendre des comptes.

Enquêtes de suivi des dépenses publiques (ESDP) et enquêtes quantitatives sur la prestation de services (EQPS)

L’ESDP est une méthode de suivi des fonds, depuis le centre du système jusqu’aux établissements. Elle permet de mesurer les pertes ou les détournements de fonds dans l’ensemble du système éducatif à l’aide de méthodes d’échantillonnage. Elle indique par conséquent si les ressources sont utilisées pour répondre aux besoins opérationnels généraux et conformément aux efforts d’amélioration de la qualité de l’éducation. L’ESDP peut permettre de vérifier si les flux des ressources clés ayant un impact direct sur l’apprentissage parviennent réellement aux bénéficiaires prévus, comme les fonds scolaires, ou sont utilisés pour acheter des manuels scolaires, du matériel pédagogique, des équipements, etc. L’ESDP est souvent accompagné d’une enquête quantitative sur la prestation de services (EQPS), qui se concentre sur d’autres dimensions telles que les enseignants fantômes ou l’absentéisme des professeurs, qui sont également importantes dans le cadre des efforts d’amélioration de la qualité des apprentissages.

Cartographie

La technologie de système d’information géographique (SIG) peut permettre d’associer des données à des zones géographiques, afin de révéler les relations et les schémas régionaux qui seraient moins évidents s’ils apparaissaient uniquement dans des tableaux numériques et bases de données. La représentation visuelle de données complexes peut aider à la prise de décisions sur des facteurs tels que la répartition des ressources, le déploiement des enseignants et la planification de l’éducation en cas de conflit ou d’urgence.

Protocoles pédagogiques et d’observation de classe

Le processus essentiel, celui qui a le plus d’importance pour améliorer les acquis scolaires, est l’interaction entre les enseignants et les élèves. Pourtant, de nombreux systèmes de suivi éducatif ne recueillent pas de données concernant ce processus, car il nécessite une observation directe et un codage fiable d’informations principalement qualitatives, deux conditions difficiles à mettre en œuvre à grande échelle. De nombreux systèmes ont recours à l’observation pédagogique dans le cadre de leur processus d’évaluation des enseignants et de renouvellement de leur accréditation. L’observation pédagogique peut aussi se dérouler dans un format de pair à pair, dans le cadre de la formation professionnelle continue des enseignants.

Enquêtes sur l’insertion des diplômés

Les enquêtes sur l’insertion des diplômés visent à déterminer le pourcentage de diplômés qui exercent un emploi rémunéré, qui travaillent à leur compte ou qui ont été admis dans un programme d’enseignement postsecondaire après avoir terminé leurs études secondaires, mis en relation avec d’autres variables contextuelles importantes. Les enquêtes sur l’insertion sont généralement menées auprès de diplômés d’institutions techniques, professionnelles ou postsecondaires, mais elles peuvent aussi être utilisées après l’obtention d’un diplôme du système éducatif de base – en particulier dans des contextes où la majorité des diplômés de l’éducation secondaire n’accèdent pas à l’éducation supérieure.

Enquêtes sur la satisfaction des employeurs et les écarts de compétences

Cette méthode consiste à interroger les employeurs pour évaluer si les diplômés possèdent les compétences et qualités nécessaires pour être aptes à occuper un emploi dans différents secteurs de l’économie. Dans de nombreux pays, certains secteurs recrutent systématiquement des salariés d’autres pays, car les diplômés locaux sont considérés comme dépourvus des aptitudes techniques nécessaires pour cet emploi. Les enquêtes sur la satisfaction des employeurs et les écarts de compétences peuvent aussi révéler des problèmes de nature plus élémentaire, par exemple des capacités insuffisantes de communication et de collaboration. Les planificateurs de l’éducation peuvent utiliser ces données pour réexaminer la question des disciplines enseignées à l’école, ainsi que de la méthode pédagogique dans son ensemble.

Enquêtes sur les dépenses

Elles peuvent être utilisées pour suivre les dépenses au sein de différents groupes, comme les élèves ou les ménages. Les Services d’information financière et de gestion collectent et intègrent les processus publics de gestion financière, en particulier l’élaboration des budgets, leur exécution, la gestion comptable et l’établissement de rapports.

Évaluations des apprentissages

Les données d’évaluation peuvent avoir une fonction essentielle au sein d’un cadre de suivi. Elles peuvent en effet être utiles pour analyser les problèmes d’un système éducatif et suivre les plans d’amélioration mis en œuvre. Les données des examens nationaux peuvent aussi être incorporées à un système de suivi grâce à un SIGE ou à des livrets scolaires.

Progrès accomplis en vue d’atteindre l’ODD 4

Il est de plus en plus largement admis que des données comparables à l’échelle internationale doivent être disponibles pour mesurer les progrès accomplis en vue d’atteindre les cibles de l’ODD 4. Pilotée par l’ISU, l’Alliance mondiale pour le suivi de l’apprentissage soutient les stratégies nationales d’évaluation des apprentissages ainsi que le développement d’indicateurs comparables à l’échelle internationale et d’outils méthodologiques pour mesurer les progrès réalisés pour atteindre les principales cibles de l’ODD 4.

Politiques

  • Afrique du sud [PDF]
References and sources

Abdul-Hamid, H. 2017. Data for learning: Building a smart education data system. Washington, DC: Banque Mondiale.

Gill, B.; Coffee-Borden, B.; Hallgren, K. 2014. A conceptual framework for data-driven decision making. Princeton, NJ: Mathematica Policy Research.

International Association for the Evaluation of Educational Achievement. 2017. Measuring SDG 4: How PIRLS can help. How the Progress in International Reading Literacy Study (PIRLS) helps monitor Sustainable Development Goal 4 targets. Paris: IEA.

Richards, C. E. 1998. A typology of educational monitoring systems. In: Educational Evaluation and Policy Analysis. 10(2), p. 106-116.

Site Internet de l’UNESCO : Suivi des progrès.

UNESCO. 2016. Designing effective monitoring and evaluation of education systems for 2030. Paris: UNESCO.

Van der Gaag, J.; Abetti, P. 2011. Using National Education Accounts to help address the global learning crisis. Washington, DC: Brookings Institution.

 

Mettre en favori

Glossaire

Bibliothèque