Ressources d'enseignement et d'apprentissage

Mis à jour le 11 sep 19
FICHE 3

Le rôle central que jouent les manuels et autres ressources d’enseignement et d’apprentissage (REA) dans l’amélioration de la qualité de l’apprentissage et des performances des élèves est largement reconnu (Smart et Jagannathan, 2018 ; Rapport GEM, 2016b). Dans les pays à faible revenu, des REA de qualité peuvent venir compenser des facteurs invalidants tels que les classes surchargées, les enseignants mal formés ou non qualifiés, le manque de temps d'instruction, les taux d’analphabétisme élevés chez les parents et l’absence de documents à lire dans les foyers (Smart et Jagannathan, 2018 ; Read, 2015).

Ces REA de qualité sont des conditions essentielles de la réalisation de l’ODD 4. Il est en particulier indispensable de veiller à ce que toutes les institutions disposent de matériels et de technologies didactiques appropriés pour atteindre la cible 4a. D’après le Cadre d’action Éducation 2030, « Les établissements et les programmes éducatifs devraient être dotés de ressources adéquates et équitablement réparties ; […] les manuels, les autres supports et technologies d’apprentissage et les ressources éducatives libres doivent être non-discriminatoires, propices à l’apprentissage, conçus pour l’apprenant, adaptés en fonction du contexte, économiques et accessibles à tous les apprenants – enfants, jeunes et adultes » (Éducation 2030, 2016, p. 33).

Définitions et considérations pratiques

  • Les manuels, qui sont la face la plus visible d'un programme d’études, sont souvent considérés comme le principal script qui régit les processus d’enseignement et d’apprentissage (UNESCO, 2017). L’élaboration et la fourniture de manuels de qualité se déroulent en quatre étapes principales : l’élaboration (fondée sur les cadres curriculaires), les systèmes d’achat (secteur public ou privé, liste de manuels approuvés), la distribution et l’accès (arrivée dans les écoles, distribution aux élèves), puis le stockage et la conservation.
  • Les guides pour les enseignants leur servent d’appui dans leurs pratiques pédagogiques. Pour être efficaces, ces guides doivent : formuler de façon explicite les objectifs théoriques directement liés aux activités proposées, apporter des connaissances et une aide pour favoriser la compréhension et la mise en œuvre de plans pédagogiques, renforcer la connaissance du contenu pédagogique, proposer des mises en pratique et une interprétation des activités pédagogiques concernées, proposer différentes options et permettre une liberté de choix, et enfin inciter les enseignants à nourrir leurs réflexions.
  • Les ressources supplémentaires peuvent être des livres, des journaux, des brochures d’informations et d’autres documents imprimés dans la langue maternelle et les langues d’enseignement des élèves, et qui reflètent les coutumes et les préoccupations locales. En enrichissant l’enseignement, en favorisant l’apprentissage multidimensionnel des élèves et en renforçant leur capacité à appliquer leurs connaissances (Elliott et Corrie, 2015), elles jouent un rôle déterminant dans les résultats en lecture et écriture (Read, 2015). Les études montrent que les investissements dans les ouvrages de lecture et les bibliothèques scolaires ont un impact encore plus important sur la hausse des résultats des élèves des petites classes que les investissements dans les manuels (Read et Treffgarne, 2011 ; Read, 2015).
  • Les ressources multimédias et numériques sont une source de connaissances de plus en plus importante pour les enseignants et les élèves. Plusieurs études montrent qu'un meilleur accès aux technologies de l'information et de la communication dans les écoles peut contribuer à réduire la fracture numérique entre les groupes à faible revenu et les groupes à revenu élevé (UNESCO, 2014a ; Jacob, 2016). L’ère du numérique a remis en cause l’utilisation traditionnelle des manuels. Ils doivent être mis à jour plus fréquemment et servir de base à des méthodes pédagogiques collaboratives et interactives (Smart et Jagannathan, 2018).

Ce que nous savons

Les études semblent indiquer que les manuels et les matériels similaires (cahiers d’exercices) peuvent améliorer l’apprentissage des élèves (Glewwe et al., 2011). Les deux caractéristiques les plus systématiques de l’amélioration des performances des élèves sont d’une part la disponibilité des REA et d’autre part la présence d’enseignants bien formés, préparés, encadrés et motivés. Étant donné qu’il est moins onéreux de fournir des manuels que de former et motiver des enseignants, les manuels sont les plus rentables de tous les moyens éducatifs qui favorisent la réussite des élèves (Read, 2015).

Plusieurs études menées en Afrique ont démontré la corrélation positive entre les manuels et la réussite scolaire (ISU, 2012). Les résultats du PASEC (Programme d'analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN) et du SACMEQ (Consortium de l’Afrique australe et orientale pour le pilotage de la qualité de l’éducation) montrent les effets très positifs de l’accès aux manuels sur les scores des élèves aux évaluations, en lecture comme en mathématiques (SACMEQ, 2010 ; Kuecken et Valfort, 2013 ; PASEC, 2015).

Toutefois, de nombreuses conditions doivent être remplies pour que les REA améliorent l’apprentissage. Pour que les manuels soient efficaces, ils doivent être utilisés régulièrement en classe, être rédigés dans une langue bien comprise par les élèves comme par les enseignants (Read, 2015) et améliorer les interactions entre l’enseignant et l’élève (Banque mondiale, 2018a). Kuecken et Valfort (2013) mettent en garde contre les biais possibles dus à l'omission de variables comme la qualification des enseignants ou l’infrastructure scolaire, qui pourraient avoir une influence à la fois sur l’accès aux manuels et sur les résultats scolaires. Ils font une distinction concernant les répercussions du partage ou de la possession des manuels sur les acquis scolaires, en établissant que l’impact du partage de manuels ne se vérifie que chez les élèves ayant un statut socioéconomique élevé.

Afin de permettre un apprentissage de qualité pour les utilisateurs, tous les maillons de la chaîne des REA – notamment leur définition, conception, création, élaboration, production, distribution, stockage et utilisation en classe – doivent être soigneusement examinés (Read, 2015, p. 29-30).

Défis

De nombreux pays sont toujours confrontés à des difficultés dans ce domaine : disponibilité insuffisante des REA, mauvaise qualité et utilisation inefficace (Elliott et Corrie, 2015). L’équité et l’inclusion sont aussi des questions essentielles qui doivent être prises en compte à toutes les étapes de l’élaboration et de la fourniture des REA.

Fourniture, coût et accessibilité

L’accessibilité désigne « la mesure dans laquelle chaque individu ou groupe est à même [d’]acquérir et [d’]utiliser [ces outils], gratuitement ou à un coût abordable » (UNESCO 2014b, p. 13). On considère que pour être adéquate, l'offre doit être au minimum d'un manuel pour trois élèves et, dans l’enseignement primaire, de suffisamment d’ouvrages de lecture pour que chaque enfant ait accès à un nouveau livre par semaine au moins. Comme les REA sont souvent les premiers outils à pâtir de contraintes budgétaires importantes, il est essentiel de réduire leur coût pour améliorer leur accessibilité (Read et Treffgarne, 2011). Avec l’augmentation des taux de scolarisation, les systèmes de fourniture de REA sont plus coûteux à entretenir, et le risque élevé de corruption sur toute leur chaîne de valeur peut avoir une influence sur leur prix. Par exemple, les contrats de distribution de manuels peuvent être attribués à des entreprises fournissant des livres de qualité inférieure et au prix plus élevé (Rapport GEM, 2016a). Les systèmes de production de livres fortement centralisés sont certes coûteux, mais la décentralisation suppose de créer des systèmes de gestion, de suivi et de contrôle spécialisés gérés par un personnel qualifié et financé par des dotations budgétaires régulières et fiables. Il faut aussi créer des listes de manuels approuvés, à partir desquelles les écoles elles-mêmes peuvent sélectionner les titres qu’elles souhaitent (Read, 2015).

Données et suivi

De nombreux pays ne disposent pas d'objectifs de fourniture de REA clairement définis et réalistes et n'ont pas accès aux données leur permettant d’estimer le volume de fourniture et de distribution requis dans les écoles (Read, 2016). La concurrence dans le secteur privé peut améliorer la production et la qualité tout en réduisant les prix, mais à condition qu'il existe de bons processus de gestion et de suivi au sein des ministères de l’Éducation (Read, 2015).

Qualité et pertinence

Les caractéristiques physiques des manuels ont un fort impact sur leur longévité et, finalement, sur le coût global de leur cycle de vie. La qualité de la mise en page, de la police, des illustrations et/ou des éléments graphiques, ainsi que l’équilibre entre visuels et texte, jouent un rôle majeur dans les processus d’apprentissage. Pour les supports électroniques (par exemple des documents audio, graphiques, vidéo, d’animation), la qualité dépend de leur fonctionnalité, mais aussi de la conception, de l’interactivité et de la facilité de navigation. Dans le cas des ressources web, la facilité d’accès et de navigation est importante.

Les REA doivent découler du processus d’élaboration des programmes et donc se conformer à la philosophie, aux objectifs, au contenu, à la méthodologie et à l’évaluation du programme (UNESCO, 2005 ; Oates, 2014 ; Smart et Jagannathan, 2018). Elles doivent être adaptées à l’âge des élèves et prendre en compte différents environnements linguistiques, les connaissances locales et autochtones, les compétences et les matériels, ainsi que le milieu et les besoins des élèves (UNESCO, 2005 ; UNESCO, 2014b).
Les REA doivent reposer à la fois sur la théorie de l’apprentissage et sur la théorie spécifique à la matière, proposer des applications variées des concepts et principes, faciliter la participation active et équitable de tous les élèves et les guider dans leur réflexion sur leurs apprentissages (Oates, 2014).

Finalement, la capacité des REA à assurer un apprentissage de qualité dépend largement de la façon dont les enseignants les utilisent. De nombreux enseignants ont une expérience pratique limitée ou inexistante de l’utilisation correcte et créative des manuels et des guides pour enseignants qui les accompagnent.

Équité et inclusion

Pour être de qualité, les manuels doivent être exempts de stéréotypes et préjugés clivants, et être fréquemment révisés et mis à jour pour refléter des contextes locaux, nationaux, régionaux et internationaux en pleine évolution (UNESCO, 2017). Les REA doivent s’adapter pour répondre à la diversité des besoins de tous les élèves « qui correspond à la multiplicité des contextes économiques et culturels et des environnements pédagogiques », ainsi qu’aux situations personnelles (UNESCO, 2005, p. 3), mais leurs contenus doivent aussi prendre en compte cette diversité. Pourtant, certains manuels présentent encore des interprétations stéréotypées et simplistes du genre et des minorités ethniques, culturelles, religieuses et linguistiques (Rapport GEM, 2016b). La sous-représentation des personnes handicapées dans les manuels du monde entier perpétue leur invisibilité et leurs difficultés.

Les ressources doivent être disponibles dans une langue comprise par les élèves, en particulier pour ceux dont les résultats sont faibles (Read, 2015). Les manuels doivent s’adapter aux besoins spécifiques des élèves en situation de handicap, avec des éditions en gros caractères et en braille, des modes de communication améliorée et alternative, ainsi que des versions adaptées avec des niveaux de lecture simplifiés.

En cas de crises et d’urgences, les manuels doivent faire face à ces difficultés contextuelles complexes en proposant un contenu éducatif et une planification intégrés et propres aux crises (Batton et al., 2015).

Politique et planification

Concevoir et mettre en œuvre des politiques relatives aux manuels

Une politique relative aux manuels peut contribuer à mettre les aspects liés à la « qualité » de l’éducation – programmes, manuels et systèmes d’évaluation – en adéquation avec le processus d’apprentissage en classe. Ce type de politique peut aussi faciliter la répartition des budgets entre les ressources physiques et numériques et garantir la cohérence entre les programmes, les pratiques en classe et les objectifs d’apprentissage. La politique doit définir les rôles des différents acteurs impliqués dans le processus (Smart et Jagannathan, 2018).

Renforcer les capacités

Pour renforcer les capacités, il est possible de former les fabricants de manuels à la création de matériels inclusifs, de soutenir les secteurs nationaux et locaux de l’édition qui s’efforcent de proposer des manuels et des documents de lecture abordables, de prodiguer des formations à la création de contenu et à l’évaluation, et de former les enseignants à élaborer et utiliser des manuels et des ressources pédagogiques supplémentaires (UNESCO 2014b ; UNESCO 2014c).

Développer des systèmes d’information de gestion informatisés pour les REA

Investir dans un système de gestion des REA informatisé à l’échelle nationale peut être un moyen d'obtenir des informations, de contrôler le système et de faire des prévisions exactes des coûts. Le système de gestion des ressources d’enseignement et d’apprentissage du Rwanda (LTMMIS) et le système de gestion des ressources d’enseignement et d’apprentissage de Namibie (LSMMIS) en sont deux exemples (Read, 2016, p. 14-19).

Décentralisation de la fourniture et de la distribution

Décentraliser en se détournant des politiques de l’offre pour adopter un système fondé sur la demande des écoles permet aux établissements de sélectionner et de commander efficacement leurs REA et de se procurer les ressources sélectionnées (Read et Treffgarne, 2011).

Investir dans le stockage au sein des établissements et des classes et dans des systèmes simples de gestion et d’utilisation par les écoles, ou encore choisir des ressources respectant des caractéristiques techniques strictes et ayant une longue durée de vie, peut contribuer à amortir les coûts au maximum et à limiter autant que possible les coûts de distribution (Read, 2015). Passer du secteur public au privé pour la rédaction de l’ouvrage, sa publication, sa production et sa distribution dans le cadre d’un partenariat public-privé avec le gouvernement est susceptible d’améliorer la qualité de la production et de la présentation ainsi que de réduire les coûts (Read, 2015 ; Smart et Jagannathan, 2018). Il existe des modèles de financement novateurs fondés sur ces PPP, comme Gavi (the Vaccine Alliance), dont la stratégie pourrait faciliter l’accès aux manuels dans les pays à faible revenu (Elliott and Corrie, 2015) et The Global Book Alliance (Results for Development and International Education Partners Ltd., 2016).

Programmes et réformes

  •    Rwanda : un programme novateur de distribution des manuels a largement développé l’accès aux manuels (Secrétariat du GPE, 2013).
  •     Cameroun : une réforme des manuels imposant un ouvrage unique par matière et l’approbation des prix a entraîné une baisse de la corruption et des coûts (Ntap, 2017).
  •     Kenya : le projet d’amélioration de la qualité de l’enseignement secondaire a permis de réduire de près de 65 % le prix des manuels de la 7e à la 12e année d’enseignement (Jena, 2018).
  •     Swaziland : grâce à la distribution de manuels gratuits à tous les élèves de l’enseignement primaire depuis 2003, le nombre d’élèves équipés de manuels a augmenté de 25 % (SACMEQ, 2011).
  •     Guatemala et Nicaragua : des programmes de gratuité des manuels visent les apprenants les plus défavorisés (Rapport GEM, 2016a).

Outils

Politiques

*Voir Opoku-Amankwa, Brew-Hammond et Mahama, 2015.

References and sources

Banque mondiale. 2018. Rapport sur le développement dans le monde 2018. Apprendre pour réaliser la promesse de l’éducation. Washington, DC : Banque mondiale.

Batton, J. ; Alama, A. ; Sinclair, M. ; Bethke, L. ; Bernard, J. 2015. Manuels et autres matériels didactiques : quels messages clés faire passer et comment ? Paris : UNESCO-IIPE.

Éducation 2030. 2016. Déclaration d'Incheon et Cadre d'action pour la mise en œuvre de l'Objectif de développement durable 4 : assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Elliott, L.; Corrie, L. 2015. ‘The GAVI approach to Learning and teaching materials in sub-Saharan Africa.’ Background paper prepared for the Education for All Global Monitoring Report 2015, Education for All 2000–2015: Achievements and Challenges.

Glewwe, P.; Hanushek, E.; Humpage, S.; Ravina, R. 2011. School resources and educational outcomes in developing countries: A review of the literature from 1990 to 2010. Cambridge, MA: National Bureau of Economic Research.

ISU. 2012. Ressources scolaires et pédagogiques en Afrique subsaharienne : analyse des données régionales collectées par l'ISU en 2011 sur l'éducation. Bulletin d'information de l’ISU n° 9. Montréal : UNESCO-ISU.

Jacob, B.A. 2016. ‘The opportunities and challenges of digital learning. Brookings, consulté le 29 mai 2019.

Jena, N. 2018. ‘Making textbooks affordable and available for every student in Kenya’. World Bank Blogs, consulté le 29 mai 2019.

Kuecken, M.; Valfort, M.-A. 2013. ‘When do textbooks matter for achievement? Evidence from African primary schools’. Economics Letters 119(3): 11–15.

Ntap, E. J. 2017. « Réforme de livres scolaires au Cameroun pour lutter contre la corruption ». VOA, 19 décembre 2017.

Oates, T. 2014. Why textbooks count: A policy paper. Cambridge: Cambridge Assessment.

Opoku-Amankwa, K.; Brew-Hammond, A.; Mahama, A.K. 2015. ‘Publishing for pre-tertiary education in Ghana: The 2002 textbook policy in retrospect’. Educational Studies 41(4): 414–429.

PASEC. 2015. PASEC2014. Performances des systèmes éducatifs en Afrique subsaharienne francophone. Compétences et facteurs de réussite au primaire. CONFEMEN. Dakar.

Raport GEM. 2016a. Chaque enfant devrait avoir un manuel. Document de référence 23. UNESCO.

----. 2016b. Les manuels scolaires ouvrent la voie au dévélopment durable. Document d'orientation 28. UNESCO.

Read, N. 2016. Measures of learning and teaching material availability and use in sub-Saharan Africa and other low-income countries’. Background paper prepared for the Global Education Monitoring Report 2016, Education for People and Planet: Creating Sustainable Futures for All.

Read, T.; Treffgarne, C. 2011. ‘Learning and teaching materials: policy and practice for provision. Guidance Note. DfID.

Read, T. 2015. Where have all the textbooks gone? Toward sustainable provision of teaching and learning materials in sub-Saharan Africa. Washington, DC: World Bank.

Results for Development; International Education Partners Ltd. 2016. ‘Global Book Fund feasibility study: Final report. Washington, DC: Results for Development.

SACMEQ. 2010. How successful are textbook provision programmes? SACMEQ Policy Issues Series 6.

----. 2011. Quality of primary school inputs in Swaziland. Policy Brief 2.

Secrétariat du GPE. 2013. « Distribution innovante de manuels scolaires au Rwanda ». Partenariat mondial pour l’éducation, consulté le 29 mai 2019.

Smart, A.; Jagannathan, S. 2018. Textbook policies in Asia: Development, publishing, printing, distribution, and future implications. Manila: Asian Development Bank.

UNESCO. 2005. Stratégie globale d'élaboration des manuels scolaires et matériels didactiques. Paris : UNESCO.

----. 2014a. Enseigner et apprendre : atteindre la qualité pour tous. Rapport mondial de suivi sur l'EPT, 2013-2014. Paris : UNESCO.

----. 2014b. Manuels scolaires et ressources didactiques : cadre d'élaboration des politiques. Paris : UNESCO.

----. 2014c. Manuels scolaires et ressources d'apprentissage : principes directeurs à l'intention des concepteurs et des utilisateurs. Paris : UNESCO.

----. 2017. Pour des manuels scolaires au contenu inclusif : religion, genre et culture. Paris : UNESCO.

Mettre en favori

Glossaire

Bibliothèque