Générer de nouvelles connaissances sur le leadership des femmes dans l'éducation

Ecrit le 12 mai 22 par Carolina Alban Conto
Genre
Gestion scolaire

 

Des études récentes ont montré que les pratiques de gestion des chefs d'établissement jouent un rôle important dans l'apprentissage. Il semblerait que, dans certains contextes, les résultats des élèves soient plus bénéfiques lorsque les écoles sont dirigées par des femmes. Ces résultats sont mis en évidence dans un travail récent publié conjointement par l'IIPE Dakar et le Bureau de recherche de l'UNICEF - Innocenti, qui vise à rassembler les preuves existantes sur les impacts positifs du leadership des femmes dans l’éducation.

Des données récentes provenant de six pays d'Afrique subsaharienne montrent que la proportion de femmes parmi les responsables d'écoles primaires est très faible, même si dans la plupart des pays, on observe une évolution positive de la participation des femmes au corps enseignant. Au Niger, où les enseignantes représentent plus de la moitié des effectifs de l'enseignement primaire, les femmes ne représentent que 17 % des responsables d'écoles primaires. Au Togo, au Mali, en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso, seul un responsable d'école primaire sur dix environ est une femme. À l'échelle mondiale, l'écart entre la participation des femmes aux postes de direction des écoles et la participation au marché du travail reste d'environ 20 points de pourcentage, même dans les pays de l'OCDE et les pays à revenu intermédiaire supérieur.

Passer en revue les conclusions des études récentes

La sous-représentation des femmes dans les rôles de direction dans l'éducation et dans d'autres domaines a été soulignée dans plusieurs études sur le continent africain - et au-delà. Exhumer les chiffres et les résultats de la recherche internationale sur les défis et les opportunités de la direction des écoles par les femmes est l'objectif de cet article et de tout un chantier développé par l'IIPE Dakar dans le cadre de l’Initiative Priorité à l’égalité (GCI).

Dans plusieurs pays d'Afrique francophone ayant participé à l'évaluation PASEC en 2019, les performances des garçons et des filles en lecture et en calcul étaient meilleures dans les écoles dirigées par des femmes. Cette année-là, seuls 22 % des élèves avaient une femme à leur tête, en moyenne.

La publication met en évidence les pratiques de gestion efficaces des femmes chefs d'établissement, telles que la promotion d'environnements d'enseignement et d'apprentissage plus participatifs, l'encouragement de l'assiduité des enseignants et de l'implication des parents, ainsi que leur leadership pédagogique accru visant à soutenir la collaboration des enseignants, à encourager l'amélioration des compétences et à promouvoir la responsabilité de l'apprentissage.

Plus les femmes sont nommées au poste de directrices d'école en milieu rural, plus nous avons la possibilité d'accélérer la réduction des écart de genres dans l'éducation.

Mme Mariama Chipkaou, Directrice de la Promotion de la Scolarisation des Filles au ministère de l’Education nationale du Niger

Tremplin vers une recherche d’ampleur, soutenu par l'initiative Priorité à l’égalité(GCI)

The benefits of effective school leadership practices have been well documented over the years.

Les avantages des pratiques efficaces de direction d'école ont été bien documentés au fil des ans. Toutefois, des recherches appliquées plus approfondies sont nécessaires pour influencer les décisions et les politiques et obtenir des résultats positifs à grande échelle en matière d'éducation. Œuvrer pour le leadership des femmes à l'école a un double objectif : d'une part, cela favorise l'équité, mais cela représente également une opportunité, peu explorée jusqu'à présent, pour l'amélioration des résultats de l'éducation.

Nous devons mieux comprendre d'où viennent les différences entre le leadership des femmes et celui des hommes dans le secteur de l'éducation, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et soutenir les pays dans l’élaboration des stratégies pour étendre les bonnes pratiques.

Mme Carolina Alban Conto. Responsable du programme de recherche et développement à l'IIPE de Dakar.

Le volet de travail de l'IIPE et de l’Initiative Priorité à l’égalité sur le leadership des femmes dans l’éducation est un programme basé sur les connaissances qui vise à informer le développement de politiques et de programmes pour améliorer la représentation des femmes dans les postes de direction des écoles, à éliminer les obstacles à l'accès et à la réussite des femmes dans ces rôles, et à étendre les pratiques de gestion scolaire de haute qualité.

Le programme est développé en plusieurs phases couvrant :

  • Des recherches documentaires, comprenant le document « Accroître la représentation des femmes dans la direction des écoles : une voie prometteuse pour améliorer l'apprentissage », et une publication à venir sur les pratiques de leadership et l'apprentissage des femmes à l'école dans 14 pays d'Afrique francophone.
  • Analyse au niveau du pays et travail de terrain exploratoire au niveau de l'école.
  • Co-conception et évaluation de l'impact des interventions possibles avec les gouvernements de l'alliance Priorité à l’égalité (GCI).
  • Stratégie complète de mise en œuvre et d'opérationnalisation. 

Notre programme s'appuie sur les connaissances existantes pour explorer de nouvelles voies afin d'accompagner les pays et les partenaires à concevoir et à mettre en œuvre des politiques et des programmes efficaces pour la promotion de l'équité dans la direction de l'éducation et l’apprentissage, a poursuivi Carolina Alban Conto.

Accédez à la note de synthèse de l'IIPE Dakar et de l'UNICEF Innocenti

Mettre en favori