Le Choc PISA

Other title(s): Le Choc PISA

Author(s): Pons, Xavier; Michel, Alain

Organisation(s): Association française des administrateurs de l'éducation

Date: 2015

Pages: p. 5-132

Le « choc » PISA : métaphore ou révolution ? Dans le débat public en France, il semble désormais difficile d’établir un diagnostic sur le système scolaire, même superficiel, sans recourir aux résultats du Programme international de suivi des acquis des élève s (PISA ) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ; ce programme évalue tous les trois ans , depuis la première session de 2000, les compétences des élèves de 15 ans d’un grand nombre de pays dans trois domaines : compréhension de l’écrit, culture mathématique et culture scientifique. Cette situation contraste fortement avec la période 2000-2005 au cours de laquelle, pour de nombreuses raisons, PIS A est largement resté une « affaire d’initiés » (Mons et Pons, 2013), suscitant globalement « l’indifférence » des acteurs et des responsables éducatifs (Emin, 2012). Depuis 2005 en revanche, la couverture médiatique de PISA s’est considérablement étendue , diversifié e et politisée à la fois, comme en témoigne, par exemple, le nombre de personnalités médiatiques non spécialistes de l’enseignement scolaire (Jacques Attali, Peter Gumbel, Richard Descoings, Eric Zemmour… ) qui se sont saisies de l’enquête pour soutenir des thèse s plus générale s sur l’évolution de la société français e (Pons, 2015). Les décideurs politiques, notamment issus de la droite gouvernementale, ont largement mobilisé les comparaisons internationale s pour justifie r leur discours et leurs mesures entre 2005 et 2012 . Pour Jean-Claude Emin (2008), PISA a ainsi contribué à redéfinir les objectifs du système scolaire français, à déterminer les contours du socle commun et à repenser certaine s orientations pédagogiques (apprentissage de l’écrit , pratique du redoublement). De fait , l’influence de PISA s’est combinée à celle des travaux de la Commission européenne pour développer et généraliser la notion de « compétences clés » dans l’enseignement obligatoire des pays européens (Halasz & Michel, 2011).

Bookmark this

Languages:

Regions/Countries:

Ressources liées